17-06-2008

AU DELA DE L’AFFAIRE ETO’O…

AU DELA DE L’AFFAIRE ETO’O…

Les Lions Indomptables une équipe à scandale !


fotoetoo.jpg

Une fois de plus comme à l’accoutumée, les Lions indomptables du Cameroun ont frappé un grand coup. Ce n’est pas sur le plan purement sportif loin de là. L’affaire Eto’o Fils contre le journaliste Philippe Boney de la chaîne de radio RTS est venue remettre au goût du jour les casseroles que notre équipe nationale de football traîne depuis des décennies.

L’encadrement technique, sécuritaire et psychologique ont fait défaut aux Lions Indomptables lors de sa préparation pour la campagne couplée coupe des nations coupe du monde 2010. Depuis des décennies, on s’évertue à dire que notre équipe nationale de football a longtemps dépassé le stade du simple sport. Elle est devenue l’âme de tout un peuple. Et les différents Présidents de la République qui se sont succédés à la tête de l’Etat ont parfois utilisé ce symbole «Lions Indomptables» à des fins politiciennes. C’est ainsi que quand notre équipe nationale de football enregistre des victoires, c’est que le pays se porte très bien. Dans le cas contraire, c’est la morosité qui s’installe.

Il faut rappeler ici que l’illustre nom des «Lions Indomptables» est par extension attribué à toutes les équipes nationales des sports collectifs et même parfois individuels du Cameroun. Cette appellation au-delà de l’allégorie qu’il évoque n’est pas moins l’expression de la conscience collective d’un peuple qui n’entend pas que ce nom qui symbolise son orgueil soit souvent mêlé à des scandales à chaque campagne d’une grande compétition.

 

Au-delà du nom symbole

 

Il faut le dire avec force que ce nom de « Lions Indomptables » est a la fois, la volonté ostentatoire de toute la jeunesse de se départir de ses errements puérils de la vie de tous les jours pour se doter d’un engagement de vaincre ou à défaut de ne «mourir» que les «armes» à la main, en raison d’un nouveau sursaut de l’inégalable patriotisme qu’il génère. C’est dire que tous ceux qui s’attardent encore à entreposer des problèmes parfois personnels ou autres devraient régler leurs boussoles vers les grands chantiers de notre mouvement sportif, par ce que les égarés ne seront plus pris pour des patriotes.

Certes certaines mentalités sont en train de changer positivement autour des Lions Indomptables en particulier et parmi les dirigeants de certaines équipes du championnat MTN Elite One. Ce n’est plus le temps où comme disait il y a quelques années l’un des plus valeureux défenseur des Lions Indomptables Nlend Paul je cite : «…il me semble que les footballeurs d’aujourd’hui pensent beaucoup plus à l’argent qu’au ballon lui-même. A mon époque, je jouais pour l’amour du football tout simplement. Je me rappelle que les primes pour une victoire dans mon équipe le Tonnerre Kalara club de Yaoundé étaient : 1000 Fcfa en cas de victoire et 500 frs CFA pour un match nul… » C’est tout dire.

 

Des scandales en scandale…

Nous n’allons pas rentrer dans la nébuleuse des différents scandales qui ont émaillé les participations des Lions Indomptables dans les compétitions africaines ou mondiales. Car la liste est exhaustive. On peut juste se rappeler de quelques-uns, ceux qui ont marqué les esprits et déstabilisé l’équipe.

Dans l’ordre de grandeur viennent en première ligne les recrutements et les renvois pour la plus part en catastrophe de presque tous les entraîneurs qui ont eu à présider aux destinées des Lions Indomptables. De Jean Vincent en 1982 à Otto Pfister l’entraîneur actuel les choses se sont passées dans la douleur, d’autres départs finissent dans les salles des pas perdus. A l’heure actuelle, Otto Pfister se retrouve au tribunal avec son « intermédiaire » qui lui réclamerait d’importantes sommes d’argent.

Donc malgré nos éclatantes victoires sur le terrain, notre équipe nationale de football les Lions Indomptables ont aussi brillé par certaines petites affaires qui ont effrayé la chronique en son temps. Tenez, en 1982 lors de la coupe du monde en Espagne, on a parlé d’un qui aurait été vendu à l’Italie et cette équipe gagnera la prestigieuse coupe à la fin. Vraie ou fausse, l’affaire avait fait le tour du monde. Dans la même foulée de la coupe du monde de 1982, Manga Onguéné est abandonné à lui-même en Allemagne, après une blessure contractée lors du stage de préparation.

En 1983, Thomas Nkono refuse de prendre à un match avec les Lions Indomptables alors q’il se trouvait avec sa famille en congé au pays. Furieuses, les autorités sportives du pays menacent de retirer son passeport pour l’empêcher de regagner son club, l’Espagnol de Barcelone. Il se sauve en catastrophe dans une petite voiture pour la Guinée Equatoriale. C’est de là-bas qu’il prendra son avion pour retourner en Espagne. Dur, dur.

Mondial 90 en Italie, l’affaires des gardiens de buts Bell Joseph Antoine et Thomas Nkono éclate en plein jour. Tout cela sous fond de revendication des primes et le leadership entre les encadreurs de l’équipe. Il a fallu l’arbitrage de la présidence de la République pour mettre fin au désordre.

1994, nous sommes à la phase finale de la coupe du monde de football. La délégation camerounaise se désintègre, les joueurs se disent en deux camps. Les « opposants » amenés par Bell Joseph Antoine et les « modérés » conduits par Thomas Nkono, ajoutez à cela, l’éternel affaire de primes. Le Ministre Massoua II Bernard, Chef de la délégation est débordé. Au Cameroun, on organise des opérations coup de cœur et le Ministre Kontchou Komegni est dépêché en renfort par le Président de la République, avec une valise d’argent qui se « perd » entre Yaoundé et Washington. Cette affaire fait de grands bruits et met en mal les relations entre les Lions Indomptables et le peuple camerounais, qui condamnait dans sa majorité les actions de nos ambassadeurs en terre américaine.

Nous sommes en France en 1998, toujours pour participer à la phase finale de la coupe du monde de football. Le choix des joueurs opéré par

Claude Leroy provoque une grande agitation au pays. Les fans de certains joueurs organisent des marches de soutien à Yaoundé. Certaines personnes accusent à tort ou à raison le ministère de la culture qui aurait organisé lors de cette coupe du monde 98, un réseau pour amener des clandestins en France sous le couvert de danseuses de musique traditionnelle.

L’affaire des primes non payées de Etame Mayer éclate. Certains accusent son « parrain » Thomas Nkono d’avoir touché cet argent et de ne l’avoir pas reversé au destinataire. Et pendant la campagne de la coupe des nations au Mali, on parlera d’une affaire sorcellerie doublée d’un certain au sein de l’équipe qui aurait provoqué une dysenterie très compliquée entraînant la mise à l’écart de Job. Une histoire à dormir debout.

Corée-Japon 2002, c’est le comble. Les joueurs refusent de prendre l’avion à Paris, ils exigent le paiement de toutes leurs primes séance tenante et en espèces sonnantes et trébuchantes, ce malgré l’arrangement signé à Yaoundé. Au Cameroun c’est la désolation, une fois de plus la Présidence de la République est obligée de jouer aux sapeurs pompiers pour éteindre le feu. En effet, le feu était dans la demeure, cette affaire fera perdre beaucoup d’argent à la fédération camerounaise de football, pour arrivée tardive de notre équipe nationale. Et les résultats ont été à la hauteur de notre bêtise.

Eliminatoires coupe du monde 2006, avant le dernier match de qualification contre l’Egypte, les responsables du sport camerounais perdent leur contrôle. C’est ainsi que, comme si une guêpe les avait piqué, le ministre des sport et de l’éducation physique Mbarga Mboua et ses collaborateurs, organiseront des messes de « minuit » au stade Ahmadou Ahidjo en égorgeant des bœufs pour implorer la bénédiction des »dieux » et des ancêtres. Et c’est peut-être ces actions qui vont installer la poisse dans le camp camerounais lors du match. Wome Lend rate le penalty qui devait donner la victoire à l’équipe du Cameroun. Le public se déchaîne. Certains joueurs de l’équipe s’en prennent verbalement à Wome qui apprendra à ses dépends, les effets de la solitude, il décide de quitter pour toujours les rangs des Lions Indomptables. Dommage.

 

Amakembé Ekouli

 

Publié par ekouli dans ARTICLES DE PRESSE | RSS 2.0

Laisser un commentaire

NAMASTE DOSTI |
Fan de Clint Eastwood |
KIEFER SUTHERLAND - MONKIEF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Enzo et Eléo
| jean-pierre clech "des nouv...
| celine fait son cinema